Présentation terrasse camping Duguesclin

Réservations
02 99 89 03 24

Saint Malo

Située à 9,5 km - 15 min de trajet

Saint-Malo intra-muros


Celle que l'on surnomme la "Cité Corsaire" est sans nul doute le point d'attraction à ne pas manquer sur la côte d'Emeraude ! Grandiose par ses remparts, passionnante par son histoire, elle regorge de lieux de visite parfois très insolites...


Un passé gorgé de caractère !

Au moyen-âge, la ville se construit d'abord autour de la cité d'Alet située dans le quartier de Saint-Servan. Ce n'est que plus tard que le centre historique est déplacé et fortifié par Vauban pour former Intra-Muros, impressionnante et tournée vers le large. Saint-Malo tient alors un positionnement stratégique et fait l'objet de conflits entre les duchés de Bretagne et les rois de France.

Pour protéger cette place forte face à l'Angleterre, Vauban fait édifier différents bastions tout autour de la baie : le Fort National, le Petit Bé, le Grand Bé, la Conchée et Fort Harbour. Plus au large, l’île de Cézembre formait elle aussi un bastion. La plupart d'entre eux se visitent. On peut par exemple gagner à pied, à marée basse, l’îlot du Grand Bé où est inhumé l’écrivain François-René de Chateaubriand. La vue y est imprenable.

Place forte également pour le commerce, Saint-Malo développe sa richesse avec ses armateurs et leurs épices rapportés avec la compagnie des Indes Orientales. Au coeur d'Intra-Muros et tout autour de la ville dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres, de nombreuses Malouinières voient alors le jour. Elles sont les fastes demeures de ces riches navigateurs, mi-manoir, mi châteaux. 

Le 11 mars 1590, Saint-Malo proclame son indépendance au royaume de France et devient la République de Saint-Malo. L’épisode, qui ne durera que quatre ans, marquera tout de même l'histoire de la ville qui proclame alors une devise officieuse : "Ni français, ni breton, malouin suis".

En 1594, la ville revient dans le giron des rois de France et devient alors le fief des corsaires. Cette époque marquera un tournant dans l'histoire de Saint-Malo, qui en gardera de nombreux témoignages.
Mais qu'est-ce donc, un corsaire ? Alors que le pirate était un véritable hors-la-loi qui naviguait et pillait les navires pour son compte personnel, le corsaire est quant à lui mandaté par son roi et exerce légalement son droit de pillage. Il bénéficie d'une "lettre de marque" qui lui garanti d'échapper à la potence s'il se fait prendre.

 

8 Portes et 2 poternes en permettent l'accès : la Porte de Dinan venant de la cale, la Porte Saint-Louis face au bassin Vauban, la Grande Porte, monumentale, entourée de 2 tours imposantes, édifiée en 1582 et menant droit à la cathédrale, la Porte Saint-Vincent située au pied du château et la Porte Saint-Thomas ouvrant sur la plage de Paramé. Ces dernières sont plus récentes, datant respectivement de 1709 et 1737.
Plus petites et faisant face à la mer, la Porte des Champs Vauvert, des Bés et Saint-Pierre s'ouvrent au pied des Petits Murs, partie la plus ancienne des remparts (12ème siècle). La poterne d'Estrées et celle Aux Normands ouvrent au Nord et à l'Ouest.

Côté Sud, à l'abri des vents : les bassins à flot, où un va-et-vient incessant et coloré de grands voiliers, de bateaux et de cargos anime les quais où les badauds se bousculent afin des les voir de plus près.

A l'intérieur des murs, les imposantes maisons d'armateurs entourent la haute stature de la cathédrale Saint-Vincent. Son édification date du 12ème siècle mais elle fut très endommagée en 1944. De son origine subsistent une nef imposante de style angevin, un choeur gothique et le cloître, patiemment restaurés.
La flèche effilée qui la coiffe a été reconstruite en 1972 mais n'est plus telle que les anciens la connurent avant  sa destruction.

En dehors de la traditionnelle promenade sur les remparts de la vieille ville, faites-en le tour par le bas, côté plage. Vous y découvrirez les différentes portes du guet, non visibles de là-haut. De plus, les tours crénelées prennent alors une autre dimension.   

La "tour Solidor"

Saint-Malo - La Tour SolidorLa « tour Solidor » est en réalité un ensemble fortifié qui comprenait à l'origine un châtelet d'entrée (corps-de-garde), l'actuel bastion dans lequel sont intégrées des maçonneries gallo-romaines et les trois tours réunies par de petites courtines à l'ouvrage principal.

Le donjon fortifié fut mis en chantier entre 1369 et 1382, sur ordre du duc Jean IV de Bretagne afin de contrôler la ville de Saint-Malo qui ne voulait pas se soumettre à son autorité.

L'évolution des engins de guerre l'ayant rendue inutile, la tour fut transformée en prison.

Aujourd'hui, la tour Solidor abrite donc les collections réunies par le musée de Saint-Malo sur la navigation au long-cours et sur les Cap Horniers.
De nombreuses maquettes, des instruments de bords, des objets façonnés par les marins au cours de leurs traversées ou ramenés en souvenir d'escales lointaines vous permettront de rêver à ces voyages extraordinaires sur les magnifiques grands voiliers de la fin du 19e et du début du 20e siècle qui allaient charger le nitrate du Chili, le bois et le blé de Californie ou d'Australie, le nickel de Nouvelle-Calédonie...

Site de l'office de tourisme de Saint-Malo : www.saint-malo-tourisme.com/

* distances et temps ne sont donnés qu'à titre d'informations approximatives.

Quelques vidéos pour découvrir Saint-Malo avec les 5 sens

Haut de page

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux

  • Page Facebook du Camping Duguesclin
  • Page google+ du Camping Duguesclin
  • La page Youtube du Camping Duguesclin

© Camping Dugesclin 2022 - Créé par Startup Agence Web